Féminin Pluriel est un forum tout en douceur pour papoter entre femmes de tous âges confondus en toute convivialité, tolérance & respect !
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Jeu d'écriture : Raconter un souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonquille

avatar

Girl


Féminin Bélier

Messages : 3806
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 47

Localisation : Auvergne
Emploi/Passions : Cadre Administratif / Ecriture
Humeur : Cela dépend des jours...

MessageSujet: Jeu d'écriture : Raconter un souvenir   Mer 10 Aoû 2016 - 13:20

Les filles,

Pour changer un peu, je vous propose un petit jeu d’écriture : raconter un souvenir.

Thème : les jeux d’enfant

Je commence :


A l'époque, il suffisait de peu de chose pour s'amuser. J'ai souvenir de ces nombreux instants passés à jouer à la corde à sauter en plastique avec mes copines : Sophie Lhéritier, Béatrice, Delphine, Odette, Maria Cardiga, Farida, Nathalie et d'autres dont les noms ont disparu de ma mémoire. Nous passions des après-midis entiers à faire des concours pour savoir laquelle d'entre nous était la meilleure : sauts pieds joints, pieds croisés, cloche pieds, avant, arrière, jusqu'à ce que la corde s'emmêle, et le tour passait à la suivante. Il fallait être patiente car certaines d'entre nous pouvaient sauter sans manquer pendant plus d'une demi-heure, ce qui pour des petites filles de notre âge demandait une certaine endurance. Il en était de même pour le jeu de l'élastique que j'affectionnais tant. Sans oublier le jeu de la marelle et les parties de cache-cache dans ce magnifique parc arboré de mon cher HLM "Les Chabesses".

Petite, j'aimais autant les jeux de filles que ceux des garçons. A tel point que parfois ma mère disait de moi que j'étais un peu garçon manqué. Il est vrai que j'adorais grimper aux arbres, jouer aux billes, aux petites voitures, aux soldats, aux indiens et aux cow-boys, à la guerre, et chose assez rare pour une fille, j'avais même réussi à être admise dans une bande de garçon. Parallèlement, je jouais avec mes copines à la poupée, dinette, marchande et bien d'autres jeux typiquement féminins. Je pouvais passer des heures à coiffer les cheveux d'une Barbie, lui mettre des tas d'accessoires, l'habiller et la déshabiller nombre de fois. Mais ce que j'aimais par-dessus tout, c'était les jeux de plein air, comme le skateboard et les fameux patins à roulette en métal gris ainsi que le vélo.

J'ai souvenance d'avoir eu au moins deux vélos : un petit avec lequel j'ai appris à faire du vélo sans roulette et une grande bicyclette bleue que mes parents m'avaient offert, soit à Noël, soit pour mon anniversaire, l'année des mes onze ans, juste avant de rentrer au collège. Elle était si grande que j'avais du mal à pédaler. Même en ayant réglé la selle au plus bas, je devais tendre au maximum mes petites jambes de grenouille pour arriver aux pédales. Il faut dire que l'achat d'une bicyclette était une dépense onéreuse pour mes parents. En racheter une tous les deux ou trois ans, selon ma courbe de croissance, n'était pas envisageable. C'était donc à moi de m'adapter au vélo et non à lui ! Je me souviens du jour où pour la première fois j'ai voulu l'essayer. Toute excitée d'avoir une bicyclette flambant neuve, j'avais hâte de faire le tour du parc. Après quelques réglages, mon père m'aida à m'élancer. Fière de montrer à mes amis mon nouveau bolide, je pédalais à fond sur la ligne droite. Au bout, il y avait un virage que j'avais pris de nombreuses fois. Sûre de moi, je ne ralentis point, pensant avoir tout mon temps pour freiner. Malheureusement, l'engin était trop grand pour la petite crevette que j'étais. Du coup, je n'ai pas su le maîtriser, et en arrivant sur le virage, je perds le contrôle. Et vlan, me voilà droit sur le grand sapin ! Quel choc ! Par chance les grosses branches amortissent la chute. J'ai mal. Mais étrangement ce qui me préoccupe le plus c'est l'état de mon vélo. Pourvu qu'il ne soit pas cassé !  Une bicyclette toute neuve... Je l'inspecte minutieusement. Ouf, elle n'a rien ! Quelle chance ! Il s'en est fallu de peu pour risquer de passer un sale quart d'heure... Je reprends mes esprits et mon courage à deux mains et, malgré mes douleurs, remonte en selle pour rejoindre mes parents. Une fois arrivée à leur côté, ma mère inspecte en silence le vélo. Une fois rassurée, elle me regarde et soudain éclate de rire :
- Ma pauv'fille, t'es pas fichue de tourner le guidon d'un vélo ou quoi ? C'est pas comme si t'avais jamais fait du vélo de ta vie ou comme si tu ne connaissais pas le parc par cœur. Heureusement que le vélo n'a rien...

Pas mal, pas mal pour quelqu'un qui n'a jamais réussi à monter sur une bicyclette. Eh oui, c'est étonnant mais ma mère ne sait pas faire de vélo ! C'est pas faute d'avoir essayé de nombreuses fois. Je la revois encore s'asseyant sur ma bicyclette bleue tout en tentant de trouver l'équilibre pour pouvoir pédaler sans tomber. Mon père avait beau tenir le vélo, le temps qu'elle commence à pédaler, dès qu'il la lâchait, ma mère perdait l'équilibre et finissait systématiquement par chuter. Impossible de se maintenir droite sur une selle ! Elle penchait tantôt à droite, tantôt à gauche, un truc de dingue ! Après d'innombrables tentatives infructueuses, elle finit par abandonner. Avec mes copains et mes copines, nous aimions imiter les cyclistes du Tour de France. Et chaque été, nous faisions des courses de vélo autour du grand parc, c'était génial !


A vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sarah.

avatar

Girl


Féminin Cancer

Messages : 1634
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 21

Localisation : Suisse
Emploi/Passions : Secrétaire
Humeur : :)
Commentaires : "Ce n'est pas un signe de bonne santé mental d'être bien adapté à une société malade."

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Raconter un souvenir   Mer 10 Aoû 2016 - 17:59

Oh j'adore ce jeux, très bonne idée Very Happy

J'habitais un quartier avec beaucoup d'enfants de mon âge. Nous nous retrouvions tous en fin d'après-midi, dans notre "base" comme on aimait l'appeler. C'était en fait la place du jeux du quartier. Mais attention, il fallait un code pour pouvoir venir avec nous, et si quelqu'un ne le connaissait pas, hors de question qu'il reste ! Nous étions toutes une bande, filles et garçons. Il y avait mon frère, de 2 ans  mon ainé, et beaucoup d'autres enfants, donc pour la plupart, je ne me rappelle plus de leur prénom.

Nous adorions joué à Fort Boyart, parce que l'on était tous des friands de cette émission, que l'on regardait chaque samedi soir devant nos télévisons avec un bol de pop-corn. Il y avait toujours un maître de jeux, et les candidats devaient faire des épreuves sur le domaine de la place de jeux : monter debout sur la balancoir sans tomber, traverser en équilibre le "tape-cul",  monter sur le tobogan, faire le tour de la place de jeux le plus vite possible, grimper sur les échelles, bref, on ne manquait pas d'imagination pour des épreuves toujours plus marrantes. Qu'est-ce qu'on a rigolé avec ce jeux. Souvent, la fin du jeux était écourté, on finissait par se disputer et chacun partait de son côté, car il y avait toujours un mauvais perdant pour dire que les épreuves étaient truqués. Mais le lendemin, on était de nouveau tous de la partie, prêts pour de nouvelles épreuves.

On adorait jouer au "policier et voleur" aussi, on y jouait des heures. Un garçon avait des talki walki, on adorait jouer avec parce que ça faisait bien plus vrai. On aimait aussi faire des partie de cache-cache, il y avait tellement de cachette dans ce quartier, que ça pouvait prendre du temps pour que la personne qui devait nous trouver y arrive.
On faisait aussi du vélo et de la trotinette. On faisait des pistes comme des voitures, et on roulait des heures.
Les garçons jouaient souvent au foot, et même si les filles on était moins fan, on jouait avec eux.

Lorsque c'était l'été, on s'amusait à faire des batailles de bombes à eau. Tout le monde s'armait de ballons, qu'on allait remplir dans les fontaines ou les robinets des immeubles du coins et on se courrait après dans toute la rue pour se jeter de l'eau dessus. Qu'est-ce que l'on en a fait des batailles d'eau ! On passait des heures à rigoler et se mouiller dans la rue. Parfois, les voisins sortaient pour nous engeuler et on reprenait de plus belle, en riant encore plus. Certains amenaient des pistolets à eau parfois, et on adorait jouer avec, mais comme il y en avait pas assez pour certains, on restait avec nos ballons, que tout le monde avait chez eux. Ma maman geulait tout le temps, elle nous disait que c'était des ballons pour les anniversaires, et pas pour se jeter à la figure.

Une fois que l'heure du souper arrivait, les premières maman sortaient sur le balcon pour appeler leurs enfants. On avait tellement pas envie de rentrer, certains enfants négociaient pour rester encore un peu, tandis que d'autres faisaient carrément semblant de ne rien avoir entendu ou partaient se cacher. On savait que c'était la fin de la journée, et on rentrait les uns après les autres, un peu déçu, mais déjà impatient de se retrouver le lendemin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonquille

avatar

Girl


Féminin Bélier

Messages : 3806
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 47

Localisation : Auvergne
Emploi/Passions : Cadre Administratif / Ecriture
Humeur : Cela dépend des jours...

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Raconter un souvenir   Jeu 11 Aoû 2016 - 12:53

Trop génial ! J'adore ! Smile  Tous ces souvenirs d'enfance me replongent dans la mienne...

Merci, Sarah, de m'avoir fait partager un peu de ton enfance.


Voici d'autres souvenirs dans le parc :


Dans ce parc, il y avait une cage à poule. C'était à celui qui arrivait le premier à la cime de ce monstre métallique ou à celui qui faisait l'équilibre le plus haut possible : tête et corps tendus le long de la cage à la force de ses pieds ou de ses genoux accrochés à une des barres de métal. Pour les plus téméraires, on accrochait ses mains à la barre inférieure et on lâchait son appui supérieur pour atterrir au sol en faisant une belle pirouette arrière après un joli équilibre. Et gare à celui qui se loupait ! Une mauvaise chute ou un rebondissement vers l'avant et vous vous preniez les barres en métal en pleine tronche, ouïe, ouïe ! Je sais de quoi je parle car j'en ai fait l'amère expérience...

Il y avait aussi des saules-pleureurs. Les gamins que nous étions alors aimaient fabriquer des balançoires à l'aide de leurs longues branches-lianes pendantes, que nous attachions solidement les unes aux autres, formant ainsi une sorte de balançoire, certes éphémère mais qui remplissait de joie notre petit cœur d'enfant. Nous aimions nous prendre pour Tarzan, Jane ou Chita en nous balançant sur les lianes, qui forcément, au bout d'un moment se cassaient, faisant tomber celui ou celle qui se trouvait dessus. Le dernier à ne pas être tombé avait gagné. Rassurez-vous, les chutes étaient en partie amorties par le sable car les saules-pleureurs se trouvaient en bordure du bac à sable où enfant nous construisions des châteaux et creusions des trous pour enterrer nos pieds et nos petites jambes.


Souvenirs de jeux anciens :


Enfant, j'aimais jouer avec la boîte à meuh, je trouvais ça rigolo d'entendre une petite boîte faire meuh, meuh, meuh...  J'aimais également m'amuser  avec l'écran magique : tourner un petit bouton pour essayer de faire un dessin avec des lignes droites ou des ronds, puis d'un seul coup pouvoir tout effacer en secouant énergiquement l'écran, c'était distrayant pour l'époque. En parlant d'énergie, il fallait en avoir pour jouer au tac tac. J'en ai passé des heures à faire rebondir de plus en plus vite ces deux boules l'une contre l'autre. Et puis, il y avait des jeux plus calmes comme les fameuses bulles de savon. Je me souviens qu'il fut un temps où c'était la grande mode, tous les enfants en avaient et nous faisions alors des concours de bulles, c'était à celui qui faisait la plus énorme des bulles. Le jeu des sept familles faisait également un carton ainsi que les scoubidous. Ah, les fameux scoubidous ! C'était tout un art : varier les couleurs, les formats, fabriquer des porte-clés, des bracelets, des objets... Quel enfant n'a pas créé un scoubidou ? Idem pour le Rubik's Cube, des heures et des heures de réflexion et de manipulation pour arriver à mettre toutes les faces de la même couleur, alors qu'un petit génie des mathématiques arrive à le faire en deux temps trois mouvements. Tant de jeux et de jouets bon marché ont marqué mon enfance. A l'époque, il suffisait de peu pour nous rendre heureux. Nos parents n'avaient pas besoin de mettre une petite fortune sur un jouet pour nous faire plaisir, une simple babiole suffisait à notre bonheur. Un sac de bille ou un jeu des osselets et voilà un parc ou une cour d'école remplis de cris et de rires d'enfants.


Voilà, à qui le tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sarah.

avatar

Girl


Féminin Cancer

Messages : 1634
Date d'inscription : 11/04/2016
Age : 21

Localisation : Suisse
Emploi/Passions : Secrétaire
Humeur : :)
Commentaires : "Ce n'est pas un signe de bonne santé mental d'être bien adapté à une société malade."

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Raconter un souvenir   Jeu 11 Aoû 2016 - 15:02

Oh oui, ça fait retomber en enfance Very Happy rendeer J'adore tes textes =)

J'adore ton passage sur le saule-pleureur, j'en avais un derrière mon immeuble, et tes souvenirs me font trop penser aux miens, on faisait exactement la même chose avec mon frère et mes voisins ! Ca me rappelle de bons souvenirs queen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonquille

avatar

Girl


Féminin Bélier

Messages : 3806
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 47

Localisation : Auvergne
Emploi/Passions : Cadre Administratif / Ecriture
Humeur : Cela dépend des jours...

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Raconter un souvenir   Jeu 11 Aoû 2016 - 15:49

Eh oui, il suffisait de peu de chose pour s'amuser comme des fous ! Smile Smile Smile

Merci d'avoir joué le jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Jeu d'écriture : Raconter un souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féminin Pluriel :: QUAND LES NANAS SE DETENDENT :: Un peu de tout pour ne penser à rien :: Ici on joue et on rigole ^^-